Première source d'informations sur GrandLine et les quatre Océans

Enfants cobayes : Le Dr. Vega­punk « choqué »

Dans Actualité Par

Un labo­ra­toire clan­des­tin, dans lequel étaient effec­tuées des expé­riences sur de jeunes enfants, a été décou­vert fortui­te­ment ce lundi par les offi­ciers du G-5, emme­nés par le Vice-Amiral Smoker. L’en­droit a été immé­dia­te­ment occupé par la Marine et les enfants mis hors de danger. En revanche, l’ad­mi­nis­tra­teur de ce centre scien­ti­fique illé­gal, un ancien proche du Dr. Vega­punk, court toujours.

Alors qu’ils effec­tuaient une mission de recon­nais­sance, les hommes du Vice-Amiral Smoker ont déman­telé un centre scien­ti­fique clan­des­tin dans lequel des dizaines d’en­fants étaient rete­nus prison­niers. Selon le rapport envoyé par la Capi­taine Tashigi et que le GrandLine Times a pu consul­ter, l’en­semble des opéra­tions était secrè­te­ment admi­nis­tré par un scien­ti­fique acti­ve­ment recher­ché par la Marine, la Dr. Caesar Clown.

Cet ex-colla­bo­ra­teur du docteur Vega­punk, pour­tant promis à un avenir brillant, avait été démis de ses fonc­tions il y a quatre ans pour recherches mili­taires illé­gales. À l’époque respecté par ses pairs et consi­déré comme le second meilleur scien­ti­fique au monde, la riva­lité qui s’était instal­lée entre les deux savants aurait lente­ment fait sombrer Clown dans la méga­lo­ma­nie et la folie. Dénoncé par ses propres équipes alors qu’il cher­chait à déve­lop­per des armes de destruc­tion massive, il avait été appré­hendé en 1520 par les Auto­ri­tés mais, contre toute attente, avait réussi à prendre la fuite avant de pouvoir être incar­céré. Recher­ché depuis pour un montant de 300,000,000, nul ne savait où il se cachait.

Des enfants comme cobayes humains

Plusieurs dispa­ri­tions d’en­fants avaient été rappor­tées à l’en­trée du Nouveau Monde ces dernières années, sans que jamais la thèse de l’en­lè­ve­ment ne puisse être confir­mée. Un grand pas en avant a sans doute été fait pour résoudre ce mystère, avec la sinistre décou­verte de ce labo­ra­toire clan­des­tin (dont le lieu est classé confi­den­tiel) où des enfants étaient utili­sés par Caesar Clown comme cobayes humains.

Selon la Capi­taine Tashigi, Clown aurait pendant des années abusé de ces enfants en leur admi­nis­trant des drogues sous forme de bonbons afin de les garder sous son contrôle. Suite aux nombreuses expé­riences qui ont été menées sur eux, beau­coup souffrent désor­mais de malfor­ma­tions et d’une forme aigüe de gigan­tisme. Le rapport précise que si Caesar Clow a de nouveau réussi à échap­per à la Marine, le labo­ra­toire a depuis été détruit et l’en­semble des enfants libé­rés par les offi­ciers du G-5.

Un navire de la Marine fait actuel­le­ment route afin de rejoindre le Dr. Vega­punk lui-même dans l’es­poir qu’il puisse les auscul­ter et les guérir de leurs malfor­ma­tions. Ce dernier, qui s’est déclaré « choqué par ces révé­la­tions », a d’ailleurs fait part d’un « senti­ment de culpa­bi­lité » à l’égard de ces enfants et souhaite présen­ter « ses excuses envers eux et leurs familles » suite aux agis­se­ments de son ancien colla­bo­ra­teur.

Originaire de South Blue, Carol Frip obtient un Doctorat en Sciences Politiques. Elle se voit décerner le prix Goucon en 1517 pour son livre "Le dessous des Révolutionnaires", écrit après un séjour clandestin à Centaurea (SB) pour rencontrer rebelles, soldats, et civils en se fondant dans la population locale. Ces cinq dernières années, elle a passé son temps à arpenter, en toute indépendance, ces pays en guerre où l'on ne donne pas la parole aux populations sur place. Après avoir été correspondante à Alubarna pour le Sandy Post, elle rejoint le GrandLine Times en avril 1521.

Egalement dans Actualité

Aller en Haut