Première source d'informations sur GrandLine et les quatre Océans

Demain, la guerre ?

Dans Archives, Prélude à la Guerre Par

Le délai est arrivé à son terme et demain dans l’après-midi, alors que la vie de Port­gas D. Ace s’étein­dra, le Gouver­ne­ment sera proba­ble­ment entré en guerre. Vivons-nous en ce moment les dernières heures du monde tel que nous le connais­sons ?

Une semaine, tel fut le délai fixé par le tribu­nal de la Marine avant l’exé­cu­tion de Port­gas D. Ace. Or, ce délai pren­dra fin ce soir. Demain le pirate sera, selon un plan soigneu­se­ment établi, conduit en dehors du centre péni­ten­cier d’Im­pel Down à 9h du matin précises. Il sera ensuite escorté par pas moins de cinq navires de guerre, chacun comman­dés par cinq vice-amiraux, jusqu’aux Quar­tiers Géné­raux de la Marine à Mari­neFord, afin d’y rece­voir la peine capi­tale.

Depuis l’an­nonce, démen­tie par les hautes auto­ri­tés mais bel et bien confir­mée par la suite, de la dispa­ri­tion de vingt-trois navires de la Marine à l’en­trée du Nouveau Monde, l’on sait la lourde et effrayante flotte d’Ed­ward Newgate déjà en mouve­ment. L’in­croyable déploie­ment de force des auto­ri­tés, ayant convoqués ses plus notables gradés ainsi que l’en­semble du Shichi­bu­kai, (l’im­pé­ra­trice Boa Hancock ayant fina­le­ment décidé, fait tris­te­ment unique, d’ac­cep­ter l’ap­pel de l’Ami­ral en Chef Sengoku), fait peser sur le monde une attente anxieuse qui pren­dra fin demain dans l’après-midi.

Demain, aux alen­tours de 15h, heure prévue de l’exé­cu­tion, le Gouver­ne­ment Mondial et la Marine seront peut-être – l’ad­verbe est ici plus un souhait ines­péré qu’une véri­table incer­ti­tude – en guerre contre «  l’homme le plus fort du monde  ». Et, de l’avis unanime des spécia­listes, cette jour­née devrait tris­te­ment entrer dans l’His­toire.

Eibes Peter est journaliste spécialiste des questions de défense et de stratégie au sein du GrandLine Times depuis 1515. Il a notamment servi comme correspondant militaire pendant les guerres du Royaume Shikkearu, de Centaurea et de Sarayev. Il a reçu plusieurs prix comme le prix Kalache-Nikov en 1517, le prix Zephyr (pour les articles militaires) ainsi que le prix Thompson-Colt (pour ses interviews). Il aura été le correspondant privilégié du GrandLine Times pendant la terrible Guerre du Sommet en 1522.

Egalement dans Archives

Aller en Haut