Première source d'informations sur GrandLine et les quatre Océans

Quelle direc­tion pour la Marine ?

Dans Archives, Rivalité des Amiraux Par

Le triste épisode dit de la « Riva­lité des Amiraux » a pris fin hier. L’Ami­ral Akainu succède donc offi­ciel­le­ment à Sengoku et, avec lui, c’est un nouveau chapitre de l’his­toire de la Marine qui s’écrit. Et ce pour au moins quatre raisons.

En premier lieu, il appa­raît clai­re­ment que nous assis­tons en ce moment à la fin d’une époque. Depuis la fin de la Grande Guerre de Mari­ne­ford, l’âge d’or de la Pira­te­rie a pris une dimen­sion nouvelle. Garp et Sengoku, symboles durant 22 ans de la Justice face à une barba­rie pirate nouvelle sans cesse revi­go­rée, ont décidé de tour­ner la page. La retraite de  deux adver­saires emblé­ma­tiques de Gold Roger et Shikki le Lion d’Or, la mort d’Ed­ward Newgate, la prise de pouvoir de Marshall D. Teach et l’as­cen­sion drama­tique des pirates de la Géné­ra­tion Terrible, sont autant d’élé­ments venant boule­ver­ser une époque assu­ré­ment en plein chan­ge­ment.

Ensuite, il parait évident que la Marine en tant qu’ins­ti­tu­tion ne sera plus jamais la même. L’échec des négo­cia­tions entre les deux anta­go­nistes, l’épi­sode de la Média­tion Tsuru, et la confron­ta­tion physique finale des deux rivaux : tout ceci lais­sera assu­ré­ment des traces. Les tensions se sont fait jour de toute part et les soutiens pour l’un ou l’autre des préten­dants ont créé, de l’aveu même de l’Ami­ral Borsa­lino, un « climat détes­table ». Il faudra donc du temps avant que les passions ne s’apaisent et qu’un semblant d’unité règne à nouveau.

Troi­sième point : la recru­des­cence d’ac­ti­vité pirate sur toutes les mers du globe appelle déjà le nouvel homme fort de la Marine à l’ac­tion. Les dernières paroles de feu Barbe Blanche auront eu l’ef­fet escompté et l’ombre du trésor légen­daire laissé par Gold Roger fait toujours planer un même senti­ment d’in­sé­cu­rité sur GrandLine. Ce qui implique pour Saka­zuki de remettre urgem­ment de l’ordre dans une insti­tu­tion large­ment ébran­lée par cette récente guerre des clans.

Enfin, nul n’ignore l’écart sidé­rant qui sépare Sengoku et Saka­zuki en termes de person­na­lité. Si le premier à écopé au fil des ans du surnom de « Boud­dha », le second est notoi­re­ment moins Zen. Son fameux mantra de la « Justice Méti­cu­leuse », qu’il double volon­tiers à celui répété par ses soins et avec force de « Justice Abso­lue », ne laisse planer que peu de doutes sur ses inten­tions. Fini le gant de velours : la Marine change aujourd’­hui de main, et cette main sera de fer, voilà qui ne fait aucun doute.

Les défis qui attendent le premier loca­taire de Mari­ne­ford en ce début d’ère « post-Barbe Blanche » sont donc nombreux. La tache première et prin­ci­pale du nouvel Amiral en Chef sera de recréer l’unité au sein de ses troupes. Or, ceci ne pourra se faire qu’à travers une réor­ga­ni­sa­tion dras­tique de son effec­tif et de sa hiérar­chie. Si Kuzan a déjà fait savoir qu’il quit­tait son poste et mettait fin à sa carrière mili­taire, le cas de ses très nombreux soutiens au sein de la Marine reste en suspens. De même, ce sont deux postes d’Ami­raux qui sont désor­mais vacants – un manque que Saka­zuki voudra, on l’ima­gine, rapi­de­ment combler.

Afin de mener à bien sa tache dans cette nouvelle ère qui débute, le nouvel Amiral en Chef aura besoin de tous ses hommes. Il aura égale­ment besoin d’une auto­rité retrou­vée car le nouveau contexte mondial s’an­nonce parti­cu­liè­re­ment diffi­cile. La Marine, après s’être déchi­rée de l’in­té­rieur pendant trois longues semaines, est enfin prête à renaître de ses cendres. Reste main­te­nant à savoir quelle forme pren­dra cette ‘résur­rec­tion’.

Eibes Peter est journaliste spécialiste des questions de défense et de stratégie au sein du GrandLine Times depuis 1515. Il a notamment servi comme correspondant militaire pendant les guerres du Royaume Shikkearu, de Centaurea et de Sarayev. Il a reçu plusieurs prix comme le prix Kalache-Nikov en 1517, le prix Zephyr (pour les articles militaires) ainsi que le prix Thompson-Colt (pour ses interviews). Il aura été le correspondant privilégié du GrandLine Times pendant la terrible Guerre du Sommet en 1522.

Egalement dans Archives

Aller en Haut