Première source d'informations sur GrandLine et les quatre Océans

La OPT fête ses 10 ans d’exis­tence

Dans Art & Culture Par

10 ans, ça se fête. La célèbre et respec­tée maison d’édi­tion OPT (Oodâh Publi­ca­tion & Traduc­tion) célèbre cette semaine sa dixième année d’ac­ti­vité. Entre abné­ga­tion et doute, ce groupe de passion­nés conti­nue d’agran­dir sa collec­tion en effec­tuant un travail de publi­ca­tion toujours aussi soigné et appré­cié.

Les éditions OPT ont été créées en 1514, dans un village de la vallée des Baux, sur l’île Para­dou (GL), par Giamini. Celui-ci, né à North Blue et rési­dant sur GrandLine depuis une ving­taine d’an­nées, a travaillé dans de nombreux domaines : commu­ni­ca­tion, théâtre, litté­ra­ture, avant de se lancer dans l’édi­tion. Lorsqu’il crée son asso­cia­tion, Giamini s’in­té­resse prin­ci­pa­le­ment aux sciences humaines mais, très vite, il oriente OPT vers la litté­ra­ture et la traduc­tion.

« Nous soute­nons des projets autour des arts et des lettres afin de favo­ri­ser les échanges cultu­rels, en parti­cu­lier sur GrandLine et de plus en plus à travers les Quatre Océans. » nous confiera Skand, l’ac­tuel Direc­teur de Publi­ca­tion du groupe. « Nous travaillons en prio­rité sur des œuvres que nous consi­dé­rons comme injus­te­ment mécon­nues, ou dont le travail édito­rial nous a semblé jusque-là irres­pec­tueux et bâclé ».

On doit notam­ment à OPT la magni­fique édition reliée de Brag Men, célèbre récit de voyage et succès inter­na­tio­nal jamais démenti. Plus récem­ment, la nouvelle traduc­tion et le travail de réadap­ta­tion du roman histo­rique Scar­city Value ont égale­ment été salués par tous les amateurs du genre. En ce moment, l’équipe se foca­lise sur une nouvelle publi­ca­tion des dix volumes de Rain­bow Mist, roman fantas­tique méconnu écrit vers 1482 par Rapa­nui Pasqua, et coup de cœur unanime au sein d’une équipe exclu­si­ve­ment compo­sée de béné­voles.

L’en­semble de l’as­so­cia­tion était présente lors de cette célé­bra­tion d’an­ni­ver­saire aux côtés du comité de direc­tion, et quelques jour­na­listes avaient égale­ment fait le dépla­ce­ment. Un gâteau d’an­ni­ver­saire, à base de farine de blé noir, avait été confec­tionné pour l’oc­ca­sion par Jubin, maître choco­la­tier à Pucci (GL).

Cette célé­bra­tion avait toute­fois un goût un peu amer, puisque l’as­so­cia­tion déplore depuis quelques temps une baisse signi­fi­ca­tive de ses effec­tifs, mettant possi­ble­ment le groupe en péril. « Notre équipe est unique­ment compo­sée de volon­taires passion­nés, ce qui rend le travail agréable mais parfois diffi­cile. La OPT existe – j’ap­puie bien sur le mot existe – à l’ori­gine pour propo­ser des ouvrages de très bonne qualité afin que le lecteur lambda ait une alter­na­tive aux livres pauvre­ment impri­més et aux innom­brables romans feuille­tons, écrits à la chaîne et publiés à la va-vite. », nous explique Skand. « Main­te­nant je reviens sur le mot ‘exis­ter’ : si la OPT est toujours là depuis déjà pas mal d’an­nées, c’est qu’il y a eu des roule­ments au sein même de l’équipe, et des arri­vées pour pallier des départs. Toute­fois, si jamais ce rouage essen­tiel pour la péren­nité d’une maison d’édi­tion comme la nôtre ne fonc­tionne plus, alors elle n’a plus aucun avenir. »

Outre les quali­tés litté­raires des œuvres sélec­tion­nées, c’est bel et bien l’at­ten­tion aux détails dans l’édi­tion et le travail global de publi­ca­tion de la OPT qui est ici salué. Relec­ture atten­tive, traduc­tion respec­tueuse, qualité des maté­riaux utili­sés, lettrage agréable et stan­dar­disé : peu de maisons d’édi­tions apportent un tel soin à leur travail. Le GrandLine Times tient ici à rendre hommage à une équipe de passion­nés du bel ouvrage, et vous incite à décou­vrir son cata­logue – et pourquoi pas à rejoindre leurs rangs !

Natif de Water7, Edgar Kent passe son Certificat d'Etude à l'âge de 15 ans, avant de s’inscrire à la Faculté de droit et de sciences politiques de St.Poplar qu'il quitte 3 ans plus tard, un double diplôme en poche. Il effectue en 1514 son service militaire pendant six mois dans le Nouveau Monde, et rejoindra à l'occasion les rangs des rédacteurs de l'Agence Mondiale de Presse (AMP). Il restera membre de l'AMP et continuera à voyager sous protection militaire jusqu'en 1520, date à laquelle il retourne dans le domaine de la presse civile. Il intègre le GrandLine Times et en devient, à tout juste 35 ans, le rédacteur en chef.

Egalement dans Art & Culture

Aller en Haut