Première source d'informations sur GrandLine et les quatre Océans

Comment fonc­tionne le Cipher Pol?

Dans Perspectives Par

Le scan­dale Paskopé remet sur le devant de la scène une unité de l’ombre du Gouver­ne­ment Mondial pour­tant indis­pen­sable à sa mission de gardien de la Paix dans le monde. Il ne nous appa­raît pas inutile de reve­nir sur l’or­ga­ni­sa­tion un brin complexe de cette super­struc­ture de l’in­for­ma­tion, présente sur GrandLine et les Quatre Océans. Ceci est la première partie d’une série d’en­tre­tiens que nous publie­rons régu­liè­re­ment.

Ils luttent contre le terro­risme et le révo­lu­tion­na­risme, infiltrent des pays hostiles, parti­cipent au main­tien de la paix, ont parfois une vie de famille, et pour­tant personne ne sait rien sur eux. La récente mise en examen du Direc­teur des Opéra­tions du CP3 conti­nue d’in­ter­ro­ger quant au fonc­tion­ne­ment du Cipher Pol, la branche du Gouver­ne­ment Mondial la plus discrète et pour­tant l’une de ses plus impor­tantes. Le GrandLine Times a eu l’oc­ca­sion de s’en­tre­te­nir avec le Direc­teur Géné­ral du Cipher Pol, Bajo­let, afin de nous aider à comprendre ce qu’est exac­te­ment le Cipher Pol.

GLT : En un mot, comment défi­ni­riez-vous le rôle du Cipher Pol ?
Bajo­let : Le Cipher Pol a pour mission, au profit du Gouver­ne­ment Mondial et en colla­bo­ra­tion étroite avec les autres orga­nismes concer­nés, de recher­cher et d’ex­ploi­ter les rensei­gne­ments inté­res­sant la sécu­rité du Monde libre, ainsi que de détec­ter et d’en­tra­ver, hors des terri­toires, pays et royaumes affi­liés aux Gouver­ne­ment Mondial, les acti­vi­tés d’es­pion­nage et Révo­lu­tion­naires diri­gées contre les inté­rêts du Gouver­ne­ment afin d’en préve­nir les consé­quences.

On décrit souvent cette agence de rensei­gne­ment comme un pouvoir de l’ombre, voire opaque…
C’est, par essence, une néces­sité. Le rôle du Cipher Pol n’est pas d’in­ter­ve­nir sur le terrain mais bel et bien d’ob­te­nir des infor­ma­tions, et toutes ses opéra­tions sont par voie de consé­quence couvertes par le Secret Défense. L’agence travaille main dans la main avec le service de rensei­gne­ment des forces de la Marine, et les opéra­tions sur le terrain sont géné­ra­le­ment gérées par les mili­taires. Les agences du Cipher Pol se foca­lisent plus sur les troubles poli­tiques auxquels doivent faire face le Gouver­ne­ment Mondial. Leur cible prio­ri­taire reste le crimi­nel le plus recher­ché au monde, le tris­te­ment célèbre Dragon, chef du mouve­ment des Révo­lu­tion­naires.

Pour­riez-vous nous donner une idée du mode de fonc­tion­ne­ment du Cipher Pol?
Il m’est évidem­ment impos­sible de m’étendre sur les méthodes de travail de l’or­ga­ni­sa­tion, une fois de plus pour des raisons de sécu­rité. Sachez toute­fois que l’es­sen­tiel de leur travail consiste à obte­nir, recou­per, véri­fier des infor­ma­tions en prove­nance des nombreux agents postés de par le monde. Ces infor­ma­tions sont par la suite centra­li­sées puis analy­sées, et des rapports sont régu­liè­re­ment remis au Goro­sei, qui peut ensuite adap­ter sa poli­tique sur le terrain. Il existe 8 unités distinctes – du CP1 au CP8. Chaque agence possède une indé­pen­dance spéci­fique, même si elles se coor­donnent et existent entre elles plus par faci­lité géogra­phique qu’autre chose. Certains membres passent faci­le­ment d’une unité à l’autre. Le direc­teur Géné­ral du CP6 depuis main­te­nant 5 ans, Laskey, est par exemple passé par le CP3 et le CP8.

Que vous inspire aujourd’­hui le scan­dale Paskopé?
En premier lieu, j’ai­me­rais insis­ter auprès de vos lecteurs sur le fait qu’il est impor­tant de faire la part des choses et de ne pas juger l’en­semble de l’or­ga­ni­sa­tion à l’aube de cette affaire. Les cas de corrup­tion au sein des Insti­tu­tions Mondiales sont pris très au sérieux et je puis vous assu­rer que  les Hautes-Auto­ri­tés sont en guerre perma­nente contre les fraudes et les abus de pouvoir. En second lieu, j’ai­me­rais égale­ment rappe­ler que l’in­ves­ti­ga­tion est en cours et qu’en l’ab­sence de conclu­sions et de juge­ment défi­ni­tif, Paskopé, que je connais bien, reste inno­cent des faits qui lui sont repro­chés.

Diplômée du prestigieux Institut des Sciences Politiques de Logue Town (EB), Kana D. Kenji est notamment l'auteur de Comprendre les systèmes politiques, un ouvrage dans lequel elle revisite l'histoire des différents régimes incorporés au Gouvernement Mondial. Elle enseigne en master à l'Institut d'Etudes Politiques de Washin Town (NM) et assure une chronique des évolutions politiques contemporaine dans la revue Commentaire.s. Elle participe régulièrement au GrandLine Times depuis 1522.

Egalement dans Perspectives

Aller en Haut