Première source d'informations sur GrandLine et les quatre Océans

Réou­ver­ture de Spa-Island

Dans Économie, Société Par

Un peu moins de deux ans après sa destruc­tion presque totale par un équi­page pirate, l’île arti­fi­cielle de Spa-Island a rouvert ses portes aux voya­geurs fati­gués. L’en­tre­pre­neur Doran, son proprié­taire, souhaite aller de l’avant… en appre­nant des erreurs du passé.

Lunettes de soleil sur le nez, au bord d’une piscine et cock­tail à la main, on en oublie­rait presque que l’on se trouve sur une gigan­tesque plate-forme mobile tant la tech­no­lo­gie est ici cachée et recou­verte par les plantes, palmiers et autres plages de sables fins. Qu’on se le dise, les mots d’ordre sont ici repos et bien-être, et rien n’a été laissé au hasard. Au programme : sauna, hammam, bain chaud, bain de boue, piscine tradi­tion­nelle – mais égale­ment les fameuses piscines de lait et de cola – salles de massages, restau­rants, boutiques… Au total, pas moins de 55 salles attendent les voya­geurs en quête de détente et de relaxa­tion.

Complè­te­ment détruite il y a deux ans des suites d’une attaque pirate, jamais cet endroit n’au­rait pu renaître de ses cendres sans la volonté et l’ab­né­ga­tion de son infor­tuné proprié­taire, l’homme d’af­faires Doran.

Doran est gérant de l’île arti­fi­cielle depuis sa première version. Sa bonne humeur et son sourire légen­daire (couplés à un sens très poussé des affaires) avaient fait à l’époque de Spa-Island une entre­prise extrê­me­ment rentable, enre­gis­trant un béné­fice annuel de 10 millions de Berrys. Idéa­le­ment située, non-loin de l’Ar­chi­pel Sabaody sur une route mari­time très fréquen­tée, la station reçoit la recon­nais­sance offi­cielle du Gouver­ne­ment Mondial et la clien­tèle afflue. Pour Doran, à l’époque, pas de discri­mi­na­tion : un client est un client, qui qu’il soit, tant qu’il paye. Même les pirates sont alors les bien­ve­nus… Une erreur qu’il ne repro­dui­rait plus aujourd’­hui.

« Giru giru giru! » s’ex­clame-t-il dans un grand éclat de rire, « il faut aller de l’avant! Mais il est vrai que j’ai changé mon fusil d’épaule à présent. Pour nous proté­ger de toute attaque poten­tielle, nous avons dû revoir complè­te­ment notre poli­tique de sécu­rité, et je vous annonce qu’aujourd’­hui, les équi­pages pirates ainsi que les Hommes-Pois­sons ne sont plus admis sur Spa-Island. ». Préci­sons que l’île s’est d’ailleurs octroyée les services d’une milice para-mili­taire privée.

Ruiné par la destruc­tion de l’île, l’homme d’af­faires aura attendu plus d’un an et demi avant d’em­po­cher les indem­ni­sa­tions d’as­su­rance. Il décide ensuite de se lancer dans la recons­truc­tion de Spa-Island, un projet fou à hauteur de 40 millions de Berrys, et pour lequel il aura dû batailler ferme auprès de nombreuses banques et d’in­ves­tis­seurs plus ou moins enthou­siastes. Ayant conservé les plans d’ori­gine et n’ayant, de son propre aveu, pas souhaité avoir à repayer un nouvel archi­tecte, Doran sera tout de même parvenu à récréer virtuel­le­ment à l’iden­tique ce Spa-Island en moins de deux ans. « Giru giru giru! Les affaires peuvent enfin reprendre! » lancera-t-il en guise de conclu­sion.

Plus d’une centaine de personnes travaillent et vivent déjà sur Spa-Island, qui est en train par son aura de redy­na­mi­ser les écono­mies des îles avoi­si­nantes. Doran souhaite trans­for­mer cette station balnéaire en une attrac­tion incon­tour­nable sur la première moitié de GrandLine et, après tant d’ef­forts, c’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Vous repren­drez bien un petit cock­tail ?

Après un diplôme de Sciences Économiques et Sociales, Faye Valentine débute sa carrière en 1515 en intégrant la rédaction du quotidien World Economic Journal. Elle intègre ensuite le monde des Affaires en devenant Conseillère Financière auprès du Doskoï Panda Group. Elle quitte ses fonctions 5 ans plus tard afin de revenir à sa passion première, à savoir l'écriture. Elle est l'auteur de Pour un commerce sans frontières et collabore au GrandLine Times en tant qu'experte en économie depuis 1521.

Egalement dans Économie

Aller en Haut