Première source d'informations sur GrandLine et les quatre Océans

Le cinquième Empe­reur ?

Dans (Spoils) Par

L’opi­nion publique de GrandLine semble en être convain­cue : Monkey D. Luffy doit à présent être consi­déré comme l’un des Empe­reurs du Nouveau Monde. Si les Hautes Auto­ri­tés refusent toujours de lui accor­der offi­ciel­le­ment ce statut, nombreux sont les experts à s’in­ter­ro­ger sur la perti­nence de comp­ter le Chapeau de Paille parmi l’élite noire de la pira­te­rie. Selon notre analyste mili­taire Eibes Peter, les éléments révé­lés hier par le World Econo­mic Jour­nal viennent pour­tant bien vali­der cette thèse.

Peut-être n’était-ce qu’une ques­tion de temps. Peut-être même est-ce un signe de notre époque, voir les prémisses d’une nouvelle ère. Dans ce grand enjeu de civi­li­sa­tion qu’est la lutte contre la pira­te­rie (et la pira­te­rie rampante reste quoi qu’on en dise le prin­ci­pal frein à l’har­mo­nie tant souhai­tée entre les peuples) certaines figures symbo­lisent mieux que d’autres l’ad­ver­saire à combattre.

Char­lotte Linlin, alias ‘Big Mom’. Kaido, l’homme aux 100 Bêtes. Shanks, dit Le Roux. Marshall D. Teach, le redou­table ‘Barbe Noire’. À l’évo­ca­tion de ces quatre noms, des images de violence, de pillages et de chaos viennent immé­dia­te­ment à l’es­prit. Les Quatre capi­taines pirates les plus notoires et les plus dange­reux du globe appar­tiennent à une classe à part, celle des ‘Empe­reurs du Nouveau Monde’. Ils ne sont pas seule­ment violents : ils sont orga­ni­sés, puis­sants, charis­ma­tiques, tant et si bien que la Marine et le Gouver­ne­ment Mondial ont renoncé à les combattre de front.

Telles sont les préro­ga­tives des Yonkō. Le joug qu’ils exercent sur les popu­la­tions civiles et la supré­ma­tie terri­to­riale qu’ils reven­diquent rendent impos­sible tout déve­lop­pe­ment paci­fique dans le Nouveau Monde. S’ils parti­cipent de fait à ce qu’on appelle géné­ra­le­ment l’Équi­libre des Pouvoirs, les quatre Empe­reurs de la pira­te­rie ont en revanche toujours semblé igno­rer pure­ment et simple­ment le mouve­ment Révo­lu­tion­naire et ses ambi­tions hégé­mo­niques.

Le Chapeau de Paille, sur ce plan, repré­sente un cas tout à fait à part. Son lien de plus en plus mani­feste avec la sinistre armée de Dragon repré­sente un fait poli­tique nouveau qu’il nous est impos­sible d’igno­rer. Nous savions depuis la Guerre du Sommet que le jeune pirate était le fils du Grand Leader. Le W.E.J nous révèle désor­mais qu’il serait égale­ment le frère adop­tif de Sabo, comman­dant en second de la milice Révo­lu­tion­naire. En se ralliant à lui et en orga­ni­sant les forces d’or­di­naire si chao­tiques de la pira­te­rie, Monkey D. Luffy devient bien plus qu’un capi­taine pirate : il est devenu possi­ble­ment le comman­dant en chef du tout nouveau bras armé de son père.

Le Gouver­ne­ment Mondial consi­dère depuis un moment déjà le danger révo­lu­tion­naire comme infi­ni­ment plus impor­tant que celui de la pira­te­rie. En faisant le lien entre les deux factions, Monkey D. Luffy change subi­te­ment de statut et d’am­bi­tion. En toute hypo­thèse, il n’est plus possible de prendre le Chapeau de Paille à la légère. Sa puis­sance de frappe toujours plus grande, son orga­ni­sa­tion toujours plus vaste et ses alliés toujours plus nombreux en font désor­mais indis­cu­ta­ble­ment, et aussi pénible que cela nous paraisse, un Empe­reur. Nul doute que la Rêve­rie qui va s’ou­vrir d’ici quelques jours sous haute tension abor­dera le sujet de ce nouveau rééqui­li­brage de l’équi­libre des puis­sances avec le plus grand sérieux.

Eibes Peter est journaliste spécialiste des questions de défense et de stratégie au sein du GrandLine Times depuis 1515. Il a notamment servi comme correspondant militaire pendant les guerres du Royaume Shikkearu, de Centaurea et de Sarayev. Il a reçu plusieurs prix comme le prix Kalache-Nikov en 1517, le prix Zephyr (pour les articles militaires) ainsi que le prix Thompson-Colt (pour ses interviews). Il aura été le correspondant privilégié du GrandLine Times pendant la terrible Guerre du Sommet en 1522.

Egalement dans (Spoils)

Aller en Haut