Ouver­ture de la Rêve­rie sur fond d’inquié­tude

Dans (Spoils) Par

Notre corres­pon­dant spécial sur place, Félix, nous fait parve­nir depuis MarieJoa les dernières infor­ma­tions en direct de l’évé­ne­ment. Révé­la­tions des têtes couron­nées, discus­sions à l’ordre du jour et impres­sions à chaud, ne manquez rien de ce grand Conseil des Rois grâce à nos articles quoti­diens sur le sujet !

Terre Sainte de MarieJoa – Palais de Pangea, 13h00.

Nous sommes six jour­na­listes à avoir eu l’hon­neur d’être choi­sis par le Gouver­ne­ment Mondial afin de rappor­ter la grande Rêve­rie. Ce faisant, nous aurons au cours de cette semaine l’im­mense honneur de pouvoir nous entre­te­nir avec les diffé­rentes têtes couron­nées présentes en ces lieux. Et comme vous l’ima­gi­nez, aucun faux pas diplo­ma­tique n’est auto­risé ! Nous avons donc eu droit à une forma­tion accé­lé­rée sur les diffé­rents proto­coles en vigueur lorsqu’il s’agit de s’adres­ser aux Rois et Reines de ce monde.

Mon accré­di­ta­tion offi­cielle et ma carte de presse toujours bien visibles, c’est sous une escorte perma­nente que nous sommes excep­tion­nel­le­ment auto­ri­sés, moi et mes cinq autres confrères, à arpen­ter les allées somp­tueuses du Palais de Pangea. Depuis notre arri­vée, je peux confir­mer que la sécu­rité est abso­lu­ment draco­nienne, une solda­tesque armée étant présente jusque dans les moindres recoins du Palais.

Entrée en matière
C’est dans une ambiance solen­nelle mais chaleu­reuse que les 50 diri­geants les plus impor­tants du monde se sont enfin tous réunis hier en fin de jour­née. L’en­semble des invi­tés avait rendez-vous à 18h00 dans le Hall d’Ac­cueil du Palais pour une colla­tion infor­melle (et fermée à la presse), permet­tant à tous les membres en présence de socia­li­ser avant le début des débats. Ce fut l’oc­ca­sion pour beau­coup des délé­ga­tions royales de faire connais­sance avec leurs homo­logues. Rappe­lons égale­ment que si certains monarques connaissent déjà l’en­ceinte pres­ti­gieuse du Palais de Pangea, d’autres la découvrent pour la première fois.

L’évé­ne­ment était certes inter­dit à la presse, mais une zone mixte avait tout de même été mise en place pour permettre aux délé­ga­tions dispo­sées à nous rencon­trer de répondre à nos ques­tions. Les quelques personnes avec qui j’ai eu la chance de discu­ter m’ont toutes fait savoir que les mets servis étaient d’une finesse et d’un raffi­ne­ment exquis.

Que la grande Rêve­rie débute !
C’est ce matin, à 10h00 précises, que s’est très offi­ciel­le­ment ouverte la réunion, qui sera prési­dée pendant toute la semaine de l’évé­ne­ment par le roi de Bally­wood, son altesse Ham Burger.

Mon accré­di­ta­tion offi­cielle m’a permis de visi­ter la salle des débats avant que les convives ne prennent place. Premier chan­ge­ment notable : l’im­mense table toute en longueur qui servait encore lors de la dernière Rêve­rie a été rempla­cée cette année par une confi­gu­ra­tion circu­laire, bien plus pratique pour que chacun puisse se faire entendre des autres.

La presse a été auto­ri­sée a assis­tée à l’en­trée des monarques (sans toute­fois pouvoir leur adres­ser la parole), et chacun a été escorté par le person­nel du Palais jusqu’à son siège. Afin de ne causer aucun inci­dent diplo­ma­tique, l’at­tri­bu­tion des sièges a été tirée au sort. Une fois tout le monde installé, nous avons pu prendre quelques photos – même si un cliché offi­ciel a été produit, le seul auto­risé à paraître aujourd’­hui dans l’en­semble de vos quoti­diens. Bien vite, nous fûmes priés de quit­ter la salle.

Le reste des discus­sions s’est évidem­ment déroulé à huis-clos, et nous ne serons pas auto­ri­sés à nous entre­te­nir avec quiconque avant ce soir. Plusieurs de mes confrères et moi-même avons toute­fois cru recon­naître un senti­ment d’inquié­tude assez géné­ra­lisé, les récents événe­ments sur le Nouveau Monde et l’avan­cée de Monkey D. Luffy étant déjà sujet à discus­sions entre certains souve­rains.

[Crédit photo : Gouver­ne­ment Mondial & Amano­moon]

Baroudeur des mers depuis son plus jeune âge, Félix quitte son South Blue natal afin d'entamer une longue série de voyages à partir desquels naîtront 3 romans (la trilogie des "Carnets de Voyage d'un chat errant" aux éditions Seven Heaven). Grand amateur de mystères, il intègre la rédaction du magazine Frontières en 1520 afin, selon lui, de "dévoiler les secrets du monde". Certains articles remarqués lui valent une reconnaissance certaine dans le milieu journalistique, et il intègre l'Agence Mondiale de Presse (AMP) en tant que correspondant local spécialisé dans le Nouveau Monde. Il décide enfin de rejoindre le GrandLine Times en 1524 afin d'alimenter ses chroniques "Voyages au bout du monde". Félix sera le correspondant privilégié de notre journal durant toute la durée de la grande Rêverie 1524.