Première source d'informations sur GrandLine et les quatre Océans

Le Puffing Ice est terminé !

Dans Actualité Par

La célèbre Galley-la Company, amenée par son sympa­thique Vice-Président Paulie, a présenté au monde entier hier la seconde loco­mo­tive à vapeur nautique, bapti­sée « Puffing Ice ». Une véri­table révo­lu­tion, qui ouvre enfin la voie à une géné­ra­li­sa­tion globale de ce moyen de trans­port extra­or­di­naire qu’est le Train des Mers.

14 ans après la créa­tion du Puffing Tom, le premier Train des Mers, le Puffing Ice est donc la seconde loco­mo­tive à vapeur nautique à voir le jour. Il aura fallu presque deux ans de travail acharné à la Galley-la Company pour réali­ser ce que d’au­cuns disaient impos­sible : repro­duire la tech­no­lo­gie du Puffing Tom d’ori­gine.

Selon Paulie, le Vice-Président de la Galley-la Company, toute la diffi­culté du projet rési­dait dans le fait que les plans de la première loco­mo­tive, pour­tant encore en circu­la­tion aujourd’­hui, ont en grande majo­rité disparu. L’autre grand chal­lenge était, comme il l’ex­pliquera par la suite, que le balan­ce­ment déli­cat de la loco­mo­tive sur les rails demande un équi­libre et un poids parti­cu­lier, qui sont propres à chaque appa­reil. Il nous faut donc comprendre que le Puffing Ice reste une pièce unique et qu’une produc­tion à grande échelle semble à l’heure actuelle inen­vi­sa­geable.

Mais que ceci ne cache pas l’es­sen­tiel : le Puffig Ice reste bel et bien une tech­no­lo­gie repro­duc­tible, et il ouvre désor­mais la voie à une lente démo­cra­ti­sa­tion du système de Train des Mers. Il repré­sente en outre une avan­cée tech­no­lo­gique fantas­tique, dont les réper­cus­sions écono­miques et sociales ne pour­ront réel­le­ment se mesu­rer que d’ici quelques décen­nies. Il n’y a qu’à se souve­nir de l’état de misère de Water 7 il y a 14 ans pour comprendre l’im­pact consi­dé­rable que pour­rait avoir, pour n’im­porte quelle cité ou royaume, un système de trans­port et de commu­ni­ca­tion aussi rapide et fiable que le celui du Train de Mers.

D’ores et déjà, plusieurs grandes entre­prises, ainsi que de nombreux repré­sen­tants de diffé­rentes loca­li­tés sur GrandLine, ont fait savoir à la Galley-la Company tout l’in­té­rêt qu’ils portaient à leur dernière créa­tion. Un commu­niqué du Gouver­ne­ment Mondial a salué une « réali­sa­tion excep­tion­nelle » et Iceburg, maire de Water 7 et Président de la Galley-la Company, s’est déclaré « ému par la téna­cité de son équipe et fier du travail effec­tué  ».

Pour Paulie et ses collègues, c’est un rêve qui s’ac­com­plit. «  J’étais encore un môme quand le Puffing Tom s’est élancé sur les rails aqua­tiques pour la première fois. J’ai fait le voyage origi­nel, et je peux vous dire que je m’en souviens comme si c’était hier !  » nous confiera-t-il, très fier de lui. « Je suis super fier de mes gars, notam­ment Lulu et Tiles­tone. On a tous bossé comme des dingues  ». Ce qu’il espère reti­rer de cet évène­ment ? « Ça va me permettre de payer mes dettes ! » s’ex­clame-t-il dans un grand éclat de rire et cigare au bec, avant de s’of­fusquer de la tenue selon lui bien trop osée de notre assis­tante. Heureux de voir que malgré le succès et les années, le charis­ma­tique Paulie ne change pas !

En colla­bo­ra­tion avec le Mizu Mizu Shin­bun

Originaire de South Blue, Carol Frip obtient un Doctorat en Sciences Politiques. Elle se voit décerner le prix Goucon en 1517 pour son livre "Le dessous des Révolutionnaires", écrit après un séjour clandestin à Centaurea (SB) pour rencontrer rebelles, soldats, et civils en se fondant dans la population locale. Ces cinq dernières années, elle a passé son temps à arpenter, en toute indépendance, ces pays en guerre où l'on ne donne pas la parole aux populations sur place. Après avoir été correspondante à Alubarna pour le Sandy Post, elle rejoint le GrandLine Times en avril 1521.

Egalement dans Actualité

Aller en Haut