Le plus célèbre commentateur de GrandLine peut-il vraiment chausser les crampons ?

Le commentateur Odacchi désire devenir joueur !

/
1215 vues
Lecture : 2 min

Les auditeurs de GrandLine FM, et ceux qui ont eu la chance d’assister au moins une fois à l’annuelle Coupe des Rois du Football de Rêve, connaissent bien le fantasque Odacchi. Commentateur star de la compétition depuis des années, ses envolées lyriques et son humilité toute relative en ont fait une célébrité au style inimitable, souvent copié mais jamais égalé.

« J’ai commencé le métier de commentateur un peu par hasard » a-t-il confié au GrandLine Times hier lors d’un entretien escargophonique. « J’assistais à un match et je me suis simplement emparé d’un micro qui traînait là. Mon style si génial a plu toute de suite, et on m’a demandé de rester ! ».

Qu’en est-il toutefois de ses capacités en tant que joueur, lui qui n’a jamais joué un seul match professionnel de sa vie et souhaite donc commencer, à 36 ans, une nouvelle carrière ? La réponse est d’une confiance digne des plus grands : « J’ai joué des années dans le club de foot de mon village, et mon shoot suprême est devenu légendaire !! Je tire à la vitesse de l’éclair !! Mwha ha ha ha ! »

Odacchi, auto-proclamé « légende vivante du foot », est donc officiellement sur le marché. Ses récentes déclarations, selon lesquelles son talent lui permettrait d’obtenir un contrat d’au minimum 10 millions de berrys, pourraient toutefois refroidir les présidents de clubs, même parmi les plus aventureux.

Pour le moment, aucune équipe sur GrandLine n’a semblé être intéressée – pas même les Sanders d’Alabasta ou les Mountains d’Hannabal, pourtant bons derniers du championnat et qui auraient bien besoin d’une attraction pour redorer leurs blasons.

Affaire à suivre, donc.

Lecteur du journal The Team depuis l'âge de six ans, il a toujours été passionné par le sport, en particulier le base-ball qu'il a découvert très jeune. Longtemps motivé par l'idée d'effectuer une carrière dans le sport de haut niveau, une grave blessure met fin à ses ambitions. Un diplôme de journalisme en poche, il intègre la rédaction de The Team en 1513, jusqu'à la disparition de la revue en 1518. Il intègre la rédaction du GrandLine Times en tant que pigiste avant de se voir confié, quelques années plus tard, le pôle Sportif de notre journal.