Rêverie : Quel agenda ?

Reverie

Rêverie 1524 Dernière ligne droite avant le grand Conseil des Rois de cette fin d’année ! En attendant l’ouverture officielle de l’événement, le GrandLine Times vous propose, dans une série d’articles à paraître régulièrement, de vous faire découvrir les coulisses et les enjeux de cette édition 1524. Aujourd’hui, focus sur l’agenda des séances. Quels thèmes seront au centre des discussions ?

La grande réunion mondiale quadriennale, dont le compte à rebours est désormais lancé, devra déboucher sur un nouvel accord qui pourra, on l’espère, renforcer la coopération internationale des différents pays affiliés au Gouvernement Mondial. L’objectif affiché de cette Rêverie sera double : accentuer l’unification de l’économie mondiale d’une part, et mettre en place une politique commune de lutte contre le Révolutionnarisme de l’autre.

Parmi les plus de 50 pays qui participeront à la Conférence, aucun ne nie aujourd’hui la dangerosité croissante du mouvement Révolutionnaire. Pourtant, les négociations avancent lentement : d’un côté, les pays en paix, focalisés principalement sur la croissance de leurs économies respectives, rechignent à apporter une aide militaire aux pays en guerre ; de l’autre, les inimitiés et rivalités encore nombreuses entre les différents souverains aux quatre coins des mers empêchent souvent les discussions d’aboutir.

La problématique de la sécurité devient aujourd’hui centrale, et la prochaine Rêverie espère bien parvenir à la signature d’un accord planétaire qui saura apaiser l’inquiétude de tous ceux qui ont compris l’extraordinaire impact que va avoir la montée annoncée du terrorisme révolutionnaire international. La diplomatie s’active pour préparer l’échéance, et donner à l’événement une chance d’aboutir enfin à des décisions concrètes et unanimes en termes de coopération logistique, militaire et évidemment économique.

Car c’est bien sur ce point que les discussions butent régulièrement. Si tout le monde, en début de séance, se prononce évidemment pour un « accord de coopération global », les débats s’animent rapidement. Les pays les plus riches ont-ils une responsabilité envers les moins fortunés, et si oui jusqu’où peut-elle aller ? Quel modèle économique appliquer dans des régions aussi différentes qu’East-Blue, que d’aucuns considèrent comme une MVD (Mer en Voie de Développement), et South-Blue, dont les richesses font la réputation de certains royaumes ? En un mot, comment mettre d’accord quelques 170 nations que bien souvient tout sépare, tant sur le plan géographique que social ou démographique?

L’enjeu est donc de taille. La réunion se tiendra, comme tous les 4 ans, sur la Terre Sainte de Mariejoa.

happy wheels

Partagez