Première source d'informations sur GrandLine et les quatre Océans

Port­gas D. Ace, fils de Gold Roger !

Dans Archives, Guerre du Sommet Par

La révé­la­tion faite au monde par l’Ami­ral en Chef Sengoku a choqué ses hommes autant que les jour­na­listes. 22 ans après, le fantôme du tris­te­ment célèbre « Seigneur des pirates » refait surface.

Le plus grand pirate de l’His­toire, Gold Roger, a bel et bien eu une descen­dance. Ce qui avait été lour­de­ment suspecté à l’époque par les Auto­ri­tés a donc été confirmé. Une nouvelle ne faisant qu’ajou­ter à l’as­pect crucial et histo­rique de la guerre qui a eu lieu hier jeudi.

GoldRogerC’est à 14h15, lors de l’ap­pa­ri­tion du condamné Port­gas D. Ace sur l’écha­faud, que Sengoku a fait cette révé­la­tion au monde. « L’exé­cu­tion d’aujourd’­hui possède une impor­tance toute parti­cu­lière », a-t-il déclaré devant les 100.000 hommes lui faisant face – et, au même moment, aux milliers de personnes réunies sur l’Ar­chi­pel Sabaody pour suivre en direct les événe­ments par Den Den Mushi Vidéo inter­posé.

« Le Boud­dha », en grand stra­tège, racon­tera ensuite devant un audi­toire médusé l’his­toire de cette nais­sance. Celle d’une progé­ni­ture dont tous soupçon­naient la concep­tion. Celle d’une bataille de plus de 10 mois pour tenter de la retrou­ver. Celle d’une mère qui aura gardé son enfant 20 mois dans son ventre avant de lui donner la vie. Celle d’un jeune homme connu des Auto­ri­tés et qui sera parvenu à garder sa filia­tion secrète durant des années. Celle de Port­gas D. Ace, fils d’une femme nommée Port­gas D. Rouge et du plus grand crimi­nel de l’His­toire, Gold Roger.

Un conflit rentré dans l’His­toire

Les révé­la­tions de l’Ami­ral en Chef hier sur l’écha­faud avaient évidem­ment pour voca­tion de galva­ni­ser ses troupes quelques minutes seule­ment avant un conflit devenu inévi­table. L’as­pect à priori impro­bable de certains éléments du récit ne doivent pas cepen­dant faire perdre de vue l’es­sen­tiel. A travers l’exé­cu­tion du descen­dant de Gold Roger, c’est l’ère toute entière nommée « Age d’Or de la Pira­te­rie » qui a été visé.

Le conflit qui a eu lieu hier est donc déjà rentré dans l’His­toire. D’une part par la puis­sance des belli­gé­rants : on ne se souvient pas de mémoire avoir jamais vu pareil regrou­pe­ment d’hommes s’af­fron­tant avec de si terri­fiants pouvoirs. Les réper­cus­sions de la bataille se sont fait sentir à des centaines de kilo­mètres de Mari­ne­ford. D’autre part, plus qu’une simple conflit, les événe­ments d’hier sont  bel et bien deve­nus un symbole, un message adressé au monde entier.

La mort hier de celui qu’on renomme déjà Gold Ace, couplée à celle de Newgate, repré­sente assu­ré­ment la plus grande victoire jamais acquise à ce jour contre les forces de la barba­rie pirate. Et l’op­por­tu­nité peut-être, enfin, de mettre un terme à cet « Age d’or de la Pira­te­rie » initiée par Roger il y a main­te­nant 22 ans.

Eibes Peter est journaliste spécialiste des questions de défense et de stratégie au sein du GrandLine Times depuis 1515. Il a notamment servi comme correspondant militaire pendant les guerres du Royaume Shikkearu, de Centaurea et de Sarayev. Il a reçu plusieurs prix comme le prix Kalache-Nikov en 1517, le prix Zephyr (pour les articles militaires) ainsi que le prix Thompson-Colt (pour ses interviews). Il aura été le correspondant privilégié du GrandLine Times pendant la terrible Guerre du Sommet en 1522.

Egalement dans Archives

Aller en Haut