Première source d'informations sur GrandLine et les quatre Océans

Keva­dama, le canu­lar polé­mique!

Dans Actualité Par

La blague n’a pas fait rire tout le monde, bien au contraire. Dimanche dernier, la diffu­sion escar­go­pho­nique d’un sketch de l’hu­mo­riste Keva­dama sur la radio GrandLine FM a grave­ment dérapé, susci­tant des réac­tions « allant bien au-delà de ce qu’on pouvait imagi­ner ».

À l’ori­gine de cet affli­geant fait divers, un canu­lar Denden Mushi comme le jeune artiste a l’ha­bi­tude d’en faire à l’an­tenne de son émis­sion ‘Le Keva­dama Show’. C’est en imitant la voix grave et puis­sante du tris­te­ment célèbre Empe­reur pirate Kaido que l’hu­mo­riste s’adresse au maire d’un petit village situé dans le Nouveau Monde. « Je ferai de votre île mon lieu de vacances. J’exige que vous évacuiez au plus vite, sans quoi je lâche­rai mes Cent Bêtes sur vous ! Vous avez une heure ! » lance-t-il en direct à la radio.

Pris d’ef­froi, le maire de la bour­gade prend l’an­nonce au sérieux et annonce immé­dia­te­ment l’éva­cua­tion géné­rale de l’île. Depuis, le village est complè­te­ment inha­bité et la plupart des anciens habi­tants sont portés dispa­rus. Il est impos­sible à l’heure actuelle de connaître les réper­cus­sions exactes de cette blague du plus mauvais goût. L’éva­cua­tion du village s’est appa­rem­ment faite dans le chaos le plus total, et le mouve­ment de panique suscité fait craindre des pertes humaines et maté­rielles.

La station de radio a d’ores et déjà commu­niqué des excuses publiques, visi­ble­ment trop tard. Le direc­teur des programmes a été sommé de s’ex­pliquer devant une commis­sion d’enquête du Gouver­ne­ment Mondial ce matin, et des sanc­tions finan­cières pour­raient être déci­dés à l’en­contre de GrandLine FM .

Au sein de la Marine, on prend égale­ment l’af­faire très au sérieux. Une source interne (sous couvert d’ano­ny­mat) nous a confié que cette histoire serait même remon­tée jusqu’aux oreilles de l’Ami­ral en Chef Saka­zuki. Celui-ci, fidèle à ses préceptes, aurait demandé à ce que « La Justice la plus abso­lue » soit faite. « Qu’est-ce que c’est que ce compor­te­ment ? On ne prend pas le Mal comme sujet de plai­san­te­rie, enfin !! » aurait-il fulminé.

Keva­dama, quant à lui, a d’abord tenté de se défendre avec un laco­nique « Bah quoi, c’était drôle non ? Ceux qui n’ont pas ri n’ont pas d’hu­mour, c’est tout ! ». Voyant l’in­di­gna­tion géné­rale prendre de l’am­pleur, il a depuis tenté de faire dégon­fler la polé­mique, à sa façon. « Bah comment je pouvais savoir que ça ferait pas rigo­ler, moi ? », « Ils auraient pu véri­fier au lieu de tout gober, ils sont naïfs quand même ! » ou encore « C’est pas de ma faute, je suis jeune ! ». Le tout prononcé avec le sourire.

Désor­mais la cible de son employeur et du Gouver­ne­ment Mondial, nous verrons bien combien de temps le jeune homme pourra conti­nuer à s’amu­ser de la situa­tion…

Fils d'un militaire de carrière, Altaïr Pliskin est né à Marineford, mais grandit au royaume Shikkearu (GL), où le père est muté. Il y fait des études classiques et obtient une licence en lettres avant que n'éclate la guerre. Le père meurt au combat et la famille s'installe à Atenopolis (GL). Il intègre en tant que pigiste la rédaction du quotidien Le Pays, puis travaille cinq ans pour l'Agence Mondiale de Presse (AMP) et peaufine son apprentissage du métier. Il intègre la rédaction du GrandLine Times en 1520.

Egalement dans Actualité

Coup d’Etat à Phar­ros

Comme on pouvait le craindre, l’ar­mée Révo­lu­tion­naire profite plei­ne­ment de la chute
Aller en Haut