Première source d'informations sur GrandLine et les quatre Océans

L’in­for­ma­tion, nouveau champ de bataille

Dans Actualité Par

Face aux nombreuses contre-véri­tés que les Révo­lu­tion­naires et d’autres profèrent, une ‘Loi de confiance dans l’in­for­ma­tion’ va être présen­tée dans les jours qui viennent par le Conseil des Cinq Étoiles. Elle est censée régle­men­ter les acti­vi­tés de presse et de médias « possi­ble­ment sous influence d’Etats ou de groupes non-recon­nus par le Gouver­ne­ment Mondial. »

Elles se répandent comme une traî­née de poudre, et peut-être les avez-vous déjà enten­dues. Pêle-mêle, les Dragon Célestes seraient un groupe d’es­cla­va­gistes, le Gouver­ne­ment Mondial est à l’ori­gine de tous les conflits armés au monde, Les Révo­lu­tion­naires sont une armée de libé­ra­teurs des peuples, la Marine n’est rien d’autre qu’une milice répres­sive et brutale qui ne saurait pas faire la diffé­rence entre les ‘bons’ et les ‘mau­vais’ pira­tes… Rien de tout ceci ne repose sur des faits, mais ce type de rumeurs voyage si faci­le­ment ces derniers temps que beau­coup, même parmi la presse, esti­maient qu’il était de temps de réagir.

Dans cette lutte globa­li­sée contre les fausses infor­ma­tions, le Gouver­ne­ment Mondial n’a pas traîné. Annoncé par le Goro­sei début octobre, « le texte de loi est quasi­ment prêt », assure-t-on au Minis­tère de l’In­for­ma­tion. « Notre sujet n’est pas de défi­nir ce qu’est une fausse nouvelle. Le vrai sujet est l’uni­vers, les tuyaux, les canaux de diffu­sion des fausses nouvelles aujourd’­hui », a expliqué Cris­ta­ner, porte-parole du Gouver­ne­ment Mondial. Deux vecteurs sont parti­cu­liè­re­ment ciblés : « les publi­ca­tions de propa­gande révo­lu­tion­naire », notam­ment celles impri­mées et distri­buées dans des terri­toires en guerre, ainsi que « les médias sous influence d’un Etat étran­ger ». Une formule qui vise par exemple le tris­te­ment célèbre Totto Land News, seule publi­ca­tion auto­ri­sée sur le terri­toire de l’im­pé­ra­trice pirate Char­lotte Linlin mais qu’il devient de plus en plus facile de se procu­rer un peu partout sur le Nouveau Monde.

Scep­ti­cisme et craintes

Il appa­raît évident qu’un nouveau lien de confiance se doit d’être créé entre la presse et son lecto­rat. La lutte poli­tique contre les médias colpor­teurs de fausses nouvelles paraît en soi une chose saine. Néan­moins, cette déci­sion du Gouver­ne­ment aura causé une certaine gêne chez de nombreux confrères, et la rédac­tion du GrandLine Times a, elle aussi, exprimé quelques craintes.

« Je crois qu’il ne faut céder ni à la para­noïa, ni à la déma­go­gie. En aucun cas, l’in­dé­pen­dance de la presse n’est visée par ce projet de loi. La liberté de ton et d’opi­nion restera évidem­ment totale pour l’en­semble des jour­na­listes travaillant dans les pays et royaumes affi­liés au Gouver­ne­ment Mondial. » a nuancé Cris­ta­ner hier en fin d’après-midi lors d’une confé­rence de presse agitée. « En revanche, nous ne lais­se­rons plus ni le Gouver­ne­ment, ni les forces armées de la Marine, ni la Noblesse Mondiale, se faire diffa­mer et calom­nier par voie de presse sans réagir. Une guerre de l’in­for­ma­tion nous a été décla­rée, et nous enten­dons bien la mener avec l’en­semble des moyens dont nous dispo­sons. »

Reste à présent à savoir préci­sé­ment lesquels. La version finale du texte de loi devrait être rendue publique vendredi au plus tard.

Natif de Water7, Edgar Kent passe son Certificat d'Etude à l'âge de 15 ans, avant de s’inscrire à la Faculté de droit et de sciences politiques de St.Poplar qu'il quitte 3 ans plus tard, un double diplôme en poche. Il effectue en 1514 son service militaire pendant six mois dans le Nouveau Monde, et rejoindra à l'occasion les rangs des rédacteurs de l'Agence Mondiale de Presse (AMP). Il restera membre de l'AMP et continuera à voyager sous protection militaire jusqu'en 1520, date à laquelle il retourne dans le domaine de la presse civile. Il intègre le GrandLine Times et en devient, à tout juste 30 ans, le rédacteur en chef.

Egalement dans Actualité

Coup d’Etat à Phar­ros

Comme on pouvait le craindre, l’ar­mée Révo­lu­tion­naire profite plei­ne­ment de la chute
Aller en Haut