Bouillonnant, Sakazuki fustige la presse!

52 vues
Lecture : 6 min

Le fils de Dragon n’est pas en Empereur, hurle à qui veut l’entendre le premier locataire de Néo-Marineford. L’Amiral en Chef de la Marine refuse l’appellation de Yonkō à Monkey D. Luffy, accusant, avec une violence rare, la presse de ne pas « prendre ses responsabilités ».

C’est un Sakazuki littéralement en effervescence qui aura convoqué la presse hier soir, souhaitant selon ses propres termes « mettre les choses au clair au plus vite ». Véritablement ulcéré, il s’en est pris sans aucune retenue aux journalistes présents au Quartier Général de la Marine. Celui qui s’est plusieurs fois prononcé en faveur d’un contrôle plus stricte de l’information n’a pas mâché ses mots, et c’est l’ensemble de la profession qui en a pris pour son grade.

« Vous n’avez pas honte, bande de demeurés que vous êtes ?! » s’est-il immédiatement emporté, sans jamais laisser l’opportunité de poser la moindre question, « Un seul imbécile écrit un papier où il transforme un criminel en héros, et tout le monde recopie sans se soucier des conséquences ?!! Ce n’est pas au système médiatique de juger du statut de tel ou tel criminel !! Jamais la Marine ni le Gouvernement Mondial n’a donné le titre d’Empereur au Chapeau de Paille !!! Le fils de Dragon doit s’enorgueillir de ce titre que vous, les médias, lui avez donné ! N’y a-t-il donc personne parmi vous réfléchir ?! Personne pour prendre ses responsabilités ?!! Un nombre incalculable de vermines va maintenant vouloir rejoindre le Chapeau de Paille !! Vous vous rendez compte de la pagaille que vous avez semé, par pur mercantilisme ?!! Si ça ne tenait qu’à moi, je vous ferais tous arrêter pour crime de haute trahison !! »

Une critique pour le moins très virulente, adressée avant tout à nos confrères du World Economic Journal, carrément qualifié devant tout le monde de « torchon prêt à toutes les bassesses pour vendre du papier ».

Dans son édition d’avant-hier, très largement reprise depuis par l’ensemble de la presse mondiale, le W.E.J relate effectivement les derniers faits d’arme de Monkey D. Luffy en lui attribuant pour la première fois le titre d’Empereur du Nouveau Monde. Certes, le Président du World Economic Journal, l’extravagant ‘Big News’ Morgans, n’est pas un novice dans l’art de créer des titres à sensation. Cependant, et n’en déplaise à l’Amiral en Chef, beaucoup d’éléments objectifs viennent clairement appuyer cette thèse.

Non, Amiral en Chef, l’augmentation dramatique de la prime de Monkey D. Luffy, désormais fixé à 1,5 milliards de berrys, n’a pas été décidée par la presse. C’est le Gouvernement Mondial, de qui vous tirez vos ordres, qui a pris cette décision hier suite aux événements survenus sur Totto Land.

Non, Amiral en Chef, les liens de parenté de Monkey D. Luffy avec le grand Leader de l’Armée Révolutionnaire n’est pas une invention de la presse. C’est une information tout ce qu’il y a de plus officielle, et qui émane directement du Cipher Pol – validée depuis par le Vice-Amiral Garp, qui travaille sous votre commandement.

Non, Amiral en Chef, les nombreuses unes de journaux consacrées récemment à Monkey D. Luffy, et dont le GrandLine Times a largement pris sa part, n’ont pas pour origine un quelconque mercantilisme, terme qui sonne à nos oreilles comme une véritable insulte. C’est bien la terrifiante montée en puissance d’un pirate que vous êtes manifestement incapable de stopper que nous nous contentons de décrire.

À chacun son métier : le notre est d’informer, le votre est de lutter contre la piraterie organisée.

La Grande Ère de la Piraterie était supposée se terminer il y a deux ans suite à la Guerre du Sommet, pourtant elle n’a jamais semblé si florissante. Si la Marine considère toujours le Chapeau de Paille comme un pirate ordinaire, c’est son droit le plus strict. Nous estimons pour notre part qu’il est de notre devoir de relayer auprès du plus grand nombre ce que beaucoup d’observateurs nous confient depuis quelques temps : le monde est en plein bouleversement, et une vague d’inquiétude énorme est en train d’envelopper tout le Nouveau Monde. Or, il se trouve que le Pirate Révolutionnaire apparaît de plus en plus clairement comme le grand échiquier d’une série d’événements qui peuvent possiblement embraser le monde entier. Peut-être serait-il temps, Amiral en Chef, de prendre la mesure de la gravité de la situation.

Natif de Water7, Edgar Kent passe son Certificat d’Étude à l'âge de 15 ans, avant de s’inscrire à la Faculté de droit et de sciences politiques de St.Poplar qu'il quitte 3 ans plus tard, un double diplôme en poche. Il effectue en 1514 son Service Militaire pendant six mois dans le Nouveau Monde, et rejoindra à l'occasion les rangs des rédacteur de l'Agence Mondiale de Presse (AMP). Il restera membre de l'AMP et continuera à voyager sous protection militaire jusqu'en 1520, date à laquelle il retourne dans le domaine de la presse civile. Il intègre le GrandLine Times et en devient, à tout juste 30 ans, le rédacteur en chef.