Le Tottland News, seule publication autorisée sur le territoire de Big Mom

L’information, nouveau champ de bataille

//
657 vues
Lecture : 5 min

Face aux nombreuses contre-vérités que les Révolutionnaires et d’autres profèrent, une ‘Loi de confiance dans l’information’ va être présentée dans les jours qui viennent par le Conseil des Cinq Étoiles. Elle est censée réglementer les activités de presse et de médias « possiblement sous influence d’Etats ou de groupes non-reconnus par le Gouvernement Mondial. »

Elles se répandent comme une trainée de poudre, et peut-être les avez-vous déjà entendues. Pêle-mêle, les Dragon Célestes seraient un groupe d’esclavagistes, le Gouvernement Mondial est à l’origine de tous les conflits armés au monde, Les Révolutionnaires sont une armée de libérateurs des peuples, la Marine n’est rien d’autre qu’une milice répressive et brutale qui ne saurait pas faire la différence entre les ‘bons’ et les ‘mauvais’ pirates… Rien de tout ceci ne repose sur des faits, mais ce type de rumeurs voyage si facilement ces derniers temps que beaucoup, même parmi la presse, estimaient qu’il était de temps de réagir.

Dans cette lutte globalisée contre les fausses informations, le Gouvernement Mondial n’a pas traîné. Annoncé par le cabinet du Conseil des 5 Étoiles début octobre, « le texte de loi est quasiment prêt », assure-t-on au ministère de l’Information. « Notre sujet n’est pas de définir ce qu’est une fausse nouvelle. Le vrai sujet est l’univers, les tuyaux, les canaux de diffusion des fausses nouvelles aujourd’hui », a expliqué Cristaner, porte-parole du Gouvernement Mondial. Deux vecteurs sont particulièrement ciblés : « les publications de propagande révolutionnaire », notamment celles imprimées et distribuées dans des territoires en guerre, ainsi que « les médias sous influence d’un État étranger ». Une formule qui vise par exemple le tristement célèbre Totto Land News, seule publication autorisée sur le territoire de l’impératrice pirate Charlotte Linlin mais qu’il devient de plus en plus facile de se procurer un peu partout sur le Nouveau Monde.

Scepticisme et craintes

Il apparaît évident qu’un nouveau lien de confiance se doit d’être créé entre la presse et son lectorat. La lutte politique contre les médias colporteurs de fausses nouvelles paraît en soi une chose saine. Néanmoins, cette décision du Gouvernement aura causé une certaine gêne chez de nombreux confrères, et la rédaction du GrandLine Times a, elle aussi, exprimé quelques craintes.

« Je crois qu’il ne faut céder ni à la paranoïa, ni à la démagogie. En aucun cas, l’indépendance de la presse n’est visée par ce projet de loi. La liberté de ton et d’opinion restera évidemment totale pour l’ensemble des journalistes travaillant dans les pays et royaumes affiliés au Gouvernement Mondial. » a nuancé Cristaner hier en fin d’après-midi lors d’une conférence de presse agitée. « En revanche, nous ne laisserons plus ni le Gouvernement, ni les forces armées de la Marine, ni la Noblesse Mondiale, se faire diffamer et calomnier par voie de presse sans réagir. Une guerre de l’information nous a été déclarée, et nous entendons bien la mener avec l’ensemble des moyens dont nous disposons. »

Reste à présent à savoir précisément lesquels. La version finale du texte de loi devrait être rendue publique vendredi au plus tard.

Natif de Water7, Edgar Kent passe son Certificat d’Étude à l'âge de 15 ans, avant de s’inscrire à la Faculté de droit et de sciences politiques de St.Poplar qu'il quitte 3 ans plus tard, un double diplôme en poche. Il effectue en 1514 son Service Militaire pendant six mois dans le Nouveau Monde, et rejoindra à l'occasion les rangs des rédacteur de l'Agence Mondiale de Presse (AMP). Il restera membre de l'AMP et continuera à voyager sous protection militaire jusqu'en 1520, date à laquelle il retourne dans le domaine de la presse civile. Il intègre le GrandLine Times et en devient, à tout juste 30 ans, le rédacteur en chef.