Sancrin, ex-manager du Soul King Brook et directeur de SAncrin Record

Soul King : hommage ou exploitation mercantile ?

//
497 vues
Lecture : 4 min

C’est sans doute le produit de trop. Sancrin Records sort aujourd’hui un énième TD ‘hommage’ au Soul King Brook. Le label compte bien continuer d’exploiter le catalogue de son ancienne vedette au maximum… quitte à se mettre une partie des fans à dos.

Lorsqu’on lui fait remarquer que la décision du chanteur de reprendre son ancienne vie de pirate aura surtout été une aubaine financière pour le groupe, Sancrin fulmine. « Un peu de dignité, enfin !! Pensez-vous réellement que seul l’appât du gain nous motive ? Nous avons tous été dévastés quand on a découvert le passé de Brook ! Je me suis senti trahi ! J’ai perdu un ami, ce jour-là, un véritable ami ! J’en ai pleuré durant de longues nuits… »

Toutefois, chez Sancrin Records, la tristesse n’empêche pas le business de tourner. Ainsi, moins de cinq jours après l’annonce de Brook, le label sortait à grand renfort de marketing le TD The Essential Soul compilant les plus grands succès du chanteur. Suivirent dans la foulée les versions Platinum Memories (incorporant, en plus du TD, un poster, un t-shirt, un porte-clés et une mini-brique de lait…) et Collector Gold Series, édition limitée hors de prix dont la paire de Dials était recouverte d’une fine feuille d’or. En cumulé, ce sont quelques 470.000 TDs qui ont trouvé acquéreurs, principalement sur GrandLine.

Mais manifestement, le malheureux manager en avait encore sous les coudes. L’annonce tonitruante de la sortie le 10 septembre dernier, soit 3 semaines après l’annonce de Brook, d’une compilation de trois titres inédits créé un engouement gigantesque sur tout GrandLine. Jusqu’à ce que les fans réalisent… que les chansons n’étaient pas du tout de Brook. « Bon ça va, ça arrive à tout le monde de se tromper ! » s’en justifie Sancrin, « On a retrouvé 3 chansons qui trainaient dans notre studio et on était persuadé que ça venait de lui ! ». Inutile de préciser que Sancrin Records, plaidant « l’erreur de bonne foi », n’a jamais remboursé les acheteurs.

Il vous en faut encore ? Rassurez-vous chers fans, vous qui avez encore de l’argent en poche, on ne vous laisse pas tomber ! En attendant la sortie, prévue le 5 octobre prochain, du fameux « Dernier live historique du Soul King Brook ! », Sancrin Records vous gâte avec un tout nouveau TD hommage intitulé We are all Skeletons et composé exclusivement… de reprises de titres de Brook par les « artistes émergeants de Sancrin Records ». Pas sûr, cette fois, que le succès soit au rendez-vous à la vue des réactions globalement indignées d’un public qui commence à se lasser. « Les bras m’en tombent ! » s’esclaffe Sancrin, « Oser nous accuser de mercantilisme, alors que nous avons enregistré ce TD dans le seul but de rendre hommage à Brook ! mon ami, il me manque tant… »

Nous attendons maintenant la publication des résultats économiques de l’entreprise afin de confirmer combien en effet est précieuse la belle amitié qui lie l’ancienne vedette à une entreprise manifestement en plein essor.

Originaire du royaume d'Elegia, fils d'un père compositeur et d'une mère chorégraphe, Freddie Taddeï se destine très tôt a une carrière musicale. Etudiant sur l'île Tongari lors la destruction d'Elegia par les pirates du Roux, il connaît suite à cette tragédie une période d'errance et de doute.
L'écriture va lui servir de thérapie et lui permettre de faire le deuil de sa famille. Il entreprend alors des études de lettres et entre en tant que pigiste au GrandLine Times en 1521.
Il est aujourd'hui en charge des pages Culture du journal.