GrandLine Times

Luffy au chapeau de paille est vivant !

24 vues
Lecture : 5 min

L’homme que l’on croyait avoir péri après la grande Guerre du Sommet il y a deux ans a été identifié hier sur l’archipel Sabaody. Son équipage, également présent sur place, est supposé avoir rejoint le pirate dans sa fuite.

Monkey D. Luffy – un nom que l’on avait presque complètement oublié. Le pirate au passif tristement mémorable, frère adoptif du défunt pirate Portgas D. Ace et fils du leader des Révolutionnaires Dragon, a fait une apparition remarquée hier sur l’archipel Sabaody, prenant les officiers de la Marine basés sur l’archipel au dépourvu. Cette apparition est une surprise totale, à plus forte raison car l’homme au chapeau de paille était supposé décédé depuis la fin de la Guerre du Sommet.

Wanted_Mugiwara - GrandLine TImes

Naïveté de la part du Gouvernement Mondial ?

Même si aucune preuve de la mort du pirate n’a jamais été apportée, c’est sa disparition aussi soudaine que prolongée qui avait fini par faire pencher les autorités pour cette hypothèse (hypothèse pourtant validée à l’époque par le Cipher Pol). Celle-ci est donc aujourd’hui très officiellement invalidée, comme en témoigne la dizaine d’officiers blessés lors de la tentative de capture de l’un des plus importants criminels de cette décennie. Rappelons que Monkey D. Luffy est le frère d’adoption du défunt Portgas D. Ace, le petit fils de l’ex Vice-Amiral Garp et le fils du sinistre Dragon, le chef de file des Révolutionnaires.

L’incident ne s’arrête pas là puisque la présence de plusieurs membres de l’équipage du pirate au chapeau de paille a également été confirmée. Ainsi, le Chasseur de Pirates Roronoa Zoro ou Sanji La Jambe Noire, principaux alliés du Chapeau de Paille, se sont joint à leur capitaine dans leur lutte sanglante contre les officiers de la Marine. Et comme si tout ceci ne suffisait pas, la vedette internationale de la chanson Soul King Brook a lui aussi révélé hier son appartenance à l’équipage, en plein concert sur l’archipel et à la stupéfaction générale, avant de prendre la fuite.

Plus inquiétant en revanche sont les informations, en provenance une nouvelle fois du mystérieux Corbeau (qui déclare se nommer ‘Absa’, NDLR), et que le GrandLine Times livre ici en exclusivité – même s’il admet n’avoir pu les vérifier que partiellement. Notre informateur inconnu mais visiblement fort bien renseigné nous aura donc confié la présence sur l’Archipel du Sombre Seigneur Silvers Rayleigh! Comme il y a deux ans lors de la célèbre affaire de la Cloche Ox, il aurait apporté une aide cruciale à Monkey D. Luffy – à tel point qu’il est possible de légitimement s’interroger aujourd’hui sur les intentions de l’ancien bas droit de Gold Roger et sur sa possible allégeance à la cause Révolutionnaire. Le Gouvernement a par ailleurs réactivé et actualisé la prime du Chapeau de Paille, celle-ci s’élevant désormais au montant surréaliste de 400,000,000.

La Quartier Général en état d’alerte permanent

Ce n’est donc pas seulement au retour de Monkey D. Luffy que doivent aujourd’hui faire face les hommes de l’Amiral en Chef Sakazuki, mais bel et bien de l’ensemble de l’équipage au Chapeau de Paille. Une nouvelle particulièrement mal venue pour les Autorités qui s’avouent elles-mêmes débordées entre d’un côté la montée en puissance de la nouvelle génération de rookies et, de l’autre, l’expansionnisme implacable de celle dite de la Génération Terrible. Le Quartier Général s’est déclaré ce matin « inquiet du retour d’un groupe de dangereux criminels » et s’estime désormais « en état d’alerte permanent ».

À l’heure où nous écrivons ces lignes, une réactualisation des avis de recherche de l’ensemble de l’équipage serait en cours d’élaboration.

Fils d'un militaire de carrière, Altaïr Pliskin est né à Marineford, mais grandit au Royaume Shikkearu, où le père est muté. Il y fait des études classiques et obtient une licence en lettres avant que n'éclate la Guerre en 1515. Le père meurt au combat et la famille s'installe à Atenopolis (GL). Il intègre en tant que pigiste la rédaction du quotidien Le Pays, puis travaille cinq ans pour l'Agence Mondiale de Presse (AMP) et peaufine son apprentissage du métier. Il intègre la rédaction du GrandLine Times en 1522.